171L'EXPRESSIONNISME ALLEMAND
DANS LES GRIFFES DE LA NEVROSE

C’est en 1920 qu’apparaît l’Expressionnisme Allemand avec le Cabinet du Docteur Caligari. A l’époque, si la France connaissait les années folles, il n’en était malheureusement rien pour l’Allemagne qui souffrait de la misère et en grande perdante de la « der des der » vivait une période les plus noires de son histoire. Il n’est guère étonnant dès lors que le cinéma qui a toujours servit de catharsis aux peurs et aux névroses du peuple se déclinent en Allemagne sous des films plus troublants les uns que les autres. Les héros sont des jeunes gens tourmentés, les méchants possèdent une étrange figure paternelle affectueuse et tellement inquiétante, quand aux femmes, elle sont tantôt douces et innocentes, tirant le héros vers le meilleur de lui-même, et tantôt tentatrices inquiétantes ce qui donnera plus tard le mythe de la femme fatale.

Les décors n’échappent certainement pas à la règle. Si l’on conserve la toile peinte, on n’y peint plus des intérieurs feutrés mais des maisons inquiétantes et des ruelles obscures. Les lignes géométriques sont détruites au profit d’angles aigus troublants et inquiétants. Quand à la lumière, elle prend tout d’un coup une ampleur jamais observée jusqu’à présent. On ne se contente plus de reproduire la lumière naturelle et d’en jouer un peu, mais on construit tout un univers particulier avec une des lumières des plus marquées de l’histoire du cinéma.

L’univers dépeint par le cinéma expressionnisme a marqué les esprits à son époque, parce qu’il bouleversait les règles et apportait au cinéma une autre dimension bien plus étrange qu’auparavant, mais il a surtout inspiré de beaucoup les générations suivantes de cinéastes. Le film noir notamment se nourrit de la lumière des directeurs de la photographie de cette époque là. Mais c’est surtout le cinéma d’épouvante et d’horreur qui trouvera dans l’expressionnisme toutes les caractéristiques propices à faire naître la peur et l’angoisse chez le public. L’ambiance si particulière du cinéma expressionnisme a apporté énormément au cinéma d’épouvante.