evaEVA
SCIENCE FICTION
Réalisation: Kike Maillo
Interprètes: Daniel Brühl, Marta Etura, Alberto Amman
Espagne 2011
94 min - 35 mm

Synopsis: En 2041, un ingénieur en cybernétique de renom, Alex, retourne à Santa Irene pour finaliser la mission que la Faculté de Robotique lui a confiée : créer un enfant androïde...

Eva explore un thème de la science fiction déjà vu sans doute des centaines de fois, un ingénieur en cybernétique de génie est engagé pour terminer son plus grand projet: créer un enfant androïde viable et amusant avec une véritable personnalité enfantine. Pourtant on est bien loin du film de science et fiction tout zazimute. Ici la science fiction est présente par petites touches: une voiture futuriste mais rappelant étrangement la volvo, des robots à l'apparence humaine mais ayant des tics frisant le bug (lorsque le majordome rit lorsqu'on lui sourit) et finalement, on comprend rapidement que l'enjeu du film n'est nullement la science-fiction qui n'est en réalité qu'un argument du film permettant de faire avancer la narration et de permettre à l'histoire d'avoir ce petit côté sublime, je dois d'ailleurs souligner à quel point la conception du cerveau des robots est magique abordant limite le merveilleux, en réalité, Eva est un drame.

La véritable histoire du film, c'est comme Alex, le héros revient chez lui après dix d'absence, découvrant que la femme qu'il aimait est désormais marié à son frère et qu'ils ont tous deux un enfant, une petite fille pétillante et énergique dont il tombe rapidement sous le coup de la fascination. Loin des clichés de triangle amoureux, le film brille par une intelligence tant dans l'écriture, la mise en scène, que le jeu des acteurs, au contraire il est sublime par sa simplicité, et la fatalité qu'il exprime, ce qu'il nous montre c'est la vie. Une vie qui continue sans nous si on la fuit, si on abandonne, il n'y a pas de bouton pause, et chacun de nos actes ont des conséquences, ce que Alex va devoir apprendre à ses dépens. Si l'aspect dramatique est merveilleusement bien traité, la psychologie des personnages soigné, leur jeu brillant, on navigue entre le sublime d'une ambiance et d'une image irréprochable, remplie de magie, mais aussi de tragédie, et le fatalisme de la vie qui continue malgré tout, en revanche on peut se demander quel est l'intérêt de l'utilisation de la science-fiction, qui a vrai dire est plus de l'anticipation.

Certes, Spielberg et compagnie ont fait mieux, certes on a déjà vu cela, certes le futur dépeint ne semble pas très différent d'aujourd'hui, seulement il y a dans ce film un aspect humain qui prime avant tout. Eva n'a pas la volonté de nous montré un futur magistral ou spectaculaire, au contraire, c'est la simplicité du futur où la robotique a prit le pas mais sans partir dans un univers aux voitures volantes et autres excentricités du genre, c'est justement dans ce but qu'on reste proche des personnages qui sont les véritables moteurs du film. La rencontre entre Eva et Alex est à la fois sublime et touchante comme le devient leur relation. Ce n'est qu'à la fin qu'on comprend tout l'intérêt de l'utilisation de l'anticipation, et j'irais même plus loin, le propos caché derrière. Et même si on avait déjà eut des films qui nous racontait finalement la même chose, ce n'est pas l'originalité qu'on recherche et qu'on trouve ici mais la magie d'un instant, la candeur et l'étincelle d'innocence. Très beau petit film, Eva brille par le soin apporté autant à son image qu'à son ambiance, à ces moments magiques, à la véracité de l'image et de son histoire crédible de bout en bout.